ROAD

Parce que le matériel utilisé pour un événement n’est pas autonome au point de s’installer tout seul, tout événement, quel qu’il soit,  requiert la présence de roadies. Rarement taillés comme des ablettes, ils sont responsables du déchargement du matériel et pré-installent ce dernier.  
Montaigne deviendra-t-il un jour le Saint patron des roadies ? Souvenez-vous, « Mens sana in corpore sano » (Un esprit sain dans un corps sain) S’il passe le plus clair de son temps à mettre à profit ses fibres musculaires, le road voue une importance toute particulière aux règles de sécurité.

ROAD.jpg

 

Non, le road ne travaille pas en espadrilles. Il travaille obligatoirement avec des chaussures de sécurité.

Non, le road n’affronte pas un déchargement seul et à mains nues. Il porte en permanence des gants et évite ainsi d’abîmer sa manucure.

Non, le road n’est pas forcément mélomane bien qu’il passe le plus clair de son temps à prendre soin de ses disques intervertébraux.

Non, le road n’ignore pas que le secret de son métier réside dans ses genoux. Toujours en appui sur ces derniers il éloigne la lombalgie.

Non, le road ne joue jamais les électriciens en herbe même devant un bloc de puissance qu’il vient de décharger.

Road est un métier qui demande une attention de tous les instants. Les accidents de la profession sont majoritairement dus au non-respect des normes de sécurité. C’est un travail éreintant qui demande une certaine aptitude physique. Devenir road c’est aussi une façon de découvrir et de s’immerger dans le monde merveilleux de l’évènementiel.

« I believe i can flyer »Polo. 36 ans. Road.

alerte

Mon

Boss

arrive