ingénieur du son

"Ingénieur du son", c'est toute une constellation de métiers !

Avant tout, il y a deux grandes familles : celle du live, et celle de l'enregistrement. Puis, d'un côté comme de l'autre, d'innombrables contextes professionnels qui sont autant de rythmes de vie différents pour les ingénieurs du son.

ingenieur-du-son.jpg

Car le tempo n'est pas le même, selon que l'on s'associe à la création d'une pièce de théâtre, à la réalisation d'installations pour les musées, que l'on voyage au gré des tournages de documentaires radio ou que l'on sonorise des festivals et des concerts... Et les contrats varient également, de l'interim au CDI en passant par l'intermittence selon les branches, les employeurs et parfois les périodes !

Alors qu'est-ce qui rapproche tous ces professionnels du son ?

ingénieur-son.jpg

Il y a d'abord des connaissances communes en acoustique, en électronique et en traitement numérique des signaux, parfois jusqu'aux premières notions de télécommunication. Ces savoirs sont la plupart du temps acquis au cours d'études mais nombreux sont les professionnels qui prennent encore sous leurs ailes de jeunes apprentis, quel que soit leur degré de formation. Là, seule la motivation compte pour se faire repérer et avoir une chance de montrer ce dont on est capable !

Qu'elles aient été acquises à l'école ou sur le terrain, les connaissances théoriques facilitent la prise en main des outils, eux aussi communs à tous les ingénieurs du son : car s'il existe une grande variété de microphones, tables de mixage, enregistreurs et autres réseaux d'ordres, leurs principes de fonctionnement restent la plupart du temps identiques.

Enfin, il y a une culture commune à tous les métiers du son : un goût particulier pour l'écoute, un sens de ce que l'on peut raconter au-delà - et souvent en complément - du verbal et du visuel, un amour de la musique (souvent), du bruit (parfois) et du silence (toujours).

 

alerte

Mon

Boss

arrive